Page d’accueil • Sommaire de ce numéro • Contribution de texte et de courrier: Editeurs@tanbou.com



Justice for George Floyd / Jistis pou George Floyd / Justice pour George Floyd

(English, ayisyen & français)

“The sight of this black man lying on the pavement, weakened, vulnerable, pleading for the three racist white and one Asian cops to let him breathe must outrage any decent human being. It degrades us all and sends us back to the oldest nights of time, to the vilest of barbaric habits that some claim to be over but which are still there, part of the normalization of horror, part of the daily injustice and dehumanization of the Other. The murder of George Floyd—plus those of Breonna Taylor, Ahmaud Arbery, and too many tragic others—coupled with the socio-political disparities revealed by the coronavirus, mean that we must not rest on the struggles and gains of the past, and that it is up to each generation to engage in its own struggle for civil and political rights. Nothing is played forever. This time the demands must focus on the entrenched structures of institutions and behaviors.”

—Tontongi excerpt from my book Deuils et délires chez Uncle Sam: du 11-septembre à covid-19 / Mourning and delirium at Uncle Sam’s House: From 9/11 to COVID-19, soon to be released

***

Demonstrators in Boston at the State House, Franklin Park and the South End, May 29, 30, June 2, 2020 —photos by Charlot Lucien & Tanbou.

Des manifestants sur la statue de Marianne, la mascotte nationale de France dans la place de la République à Paris le samedi 13 juin 2020, commémorent l’exécution de George Floyd et le meurtre d’Adam Traoré. —image par photographe à Paris David Henry.

Manifestan nan Boston devan State House, nan Franklin Park ak South End, 29, 30 me e 2 jen 2020 —foto pa Charlot Lucien & Tanbou.

Manifestants à Boston devant le State House, à Franklin Park et dans le South End, les 29, 30 mai et 2 juin 2020 —photos par Charlot Lucien & Tanbou.

***

Jistis pou George Floyd

«Imaj nonm nwa sa a ki kouche sou beton an, afebli, vilnerab, k ap plede avèk twa polisye rasis blan ak yon azyatik pou yo kite l pran souf, se yon imaj ki dwe endiye tou èt imen desan. Li degrade nou tout e li regrese nou nan lannwit ansyen tan yo, nan abitid ki pi vil e baba yo anpil moun te pretann ki te disparèt men ki toujou la, patisipan nan nòmalizasyon atwosite, patisipan nan kotidyennte lenjistis ak demounizasyon Lòt. Asasina George Floyd la—san retire asasina Breonna Taylor, Ahmaud Arbery ak twòp lòt trajik ankò—jwenn ansanm ak inegalite sosyo-ekonomik kowonaviris la met ojou yo, vle di nou pa dwe repoze nou sou ansyen lit ak viktwa pase yo eke se obligasyon chak jenerasyon pou li angaje li nan pwòp lit pou dwa sivik e politik pa l. Anyen pa janm tabli pou toujou. Fwa sa a revandikasyon yo dwe konsantre sou estrikti anrasine enstitisyon ak konpòtman yo. »

—Tontongi ekstrè liv mwen Deuils et délires chez l’Oncle Sam : du 11 septembre à covid-19 / “Dèy ak deliryòm lakay Tonton Sam : De 11-septanm rive ak KOVID-19, k ap soti pwochennman

Justice pour George Floyd

«La vue de cet homme noir allongé sur le pavé, affaibli, vulnérable, plaidant aux trois flics racistes blancs et un Asiatique de lui laisser le souffle doit indigner tout décent être humain. Elle nous dégrade tous et nous renvoie aux plus anciennes nuits des temps, aux plus viles habitudes barbares que certains prétendent être révolues mais qui sont toujours là, part de la normalisation de l’horreur, part de la quotidienneté de l’injustice et de la déshumanisation de l’Autre. Le meurtre de George Floyd—ainsi que ceux de Breonna Taylor, d’Ahmaud Arbery, et trop d’autres tragiques encore—sans compter les disparités socio-politiques révélées par le coronavirus, signifient que nous ne devons pas nous reposer sur les luttes et les gains du passé et qu’il incombe à chaque génération de s’engager dans sa propre lutte pour les droits civiques et politiques. Rien n’est joué pour toujours. Cette fois les revendications doivent se focaliser sur les structures retranchées des institutions et des comportements. »

—Tontongi extrait de mon livre Deuils et délires chez l’Oncle Sam : du 11 septembre à covid-19, à paraître prochainement

Page d’accueil • Sommaire de ce numéro • Contribution de texte et de courrier: Editeurs@tanbou.com