Page d’accueil • Sommaire de ce numéro • Contribution de texte et de courrier: Editeurs@tanbou.com



Foutez-vous hors de l’Ukraine !

(Dédié aux vaillants résistants ukrainiens face à l’infâme invasion russe)

Nous ne devons pas rester indifférents à la destruction actuelle de l’Ukraine par les forces militaires russes. J’ai été ému par les images troublantes retransmises sur nos écrans, d’où ce poème, écrit comme une réponse humaniste et militante à ces horreurs, les montrant du doigt : les actes délétères des nations doivent être condamnés, qu’ils aient lieu en Palestine, en Irak, en Haïti ou en Ukraine. C’est une question d’intégrité morale. La poésie peut être instrumentalisée pour aider à changer les choses, comme l’a fait Victor Hugo dans Les Châtiments (1853), pour protester et condamner les atrocités de Louis Napoléon Bonaparte.

Peintre et poète ukrainien Tarass Grigorievitch Chevtchenko (1814–1861), grand combattant pour l’indépendance de l’Ukraine de l’empire russe.

Peintre et poète ukrainien Tarass Grigorievitch Chevtchenko (1814–1861), grand combattant pour l’indépendance de l’Ukraine de l’empire russe. Une compagnie d’interbrigades ukrainienne nommée «Taras Chevtchenko» avait participé à la guerre civile espagnole du côté républicain. Elle était composée de citoyens ukrainiens de Pologne, membres du Parti communiste d’Ukraine occidentale. —source et photo Wikipedia.org

Cette fois, c’est l’ours russe
qui, dit-on, dormant tranquillement
se réveille pour s’emparer
de tout l’habitat convoité.

Vos blindés salissent la mémoire
et de Chevtchenko et de Lénine
et de ces grands combattants
pour le destin libre des peuples.

Foutez-vous hors de l’Ukraine, dis-je,
Catherine la grande rapace
maintes fois déjà mutila le corps
et l’âme des peuples disparus.

Leur progéniture, revenants de l’abîme,
continue la lutte vers la grande envolée ;
le Maidan, c’est seulement un instant
de l’Ukraine plusieurs fois millénaire !

L’Ukraine, c’est cette réfugiée de la guerre
qui nous convie à apprécier le ciel clair,
débarrassé des engins de la mort, libre
des angoisses et des massacres sériels.

« Beaucoup d’entre nous ont peur d’aller au lit
et de se réveiller avec un missile russe »,
se plaint cette autre réfugiée, la voix fatiguée,
le regard sorti tout droit de l’au-delà ineffable.

Cette agression gratuite, défaite de la patience,
fruit du labyrinthe mental d’un tyran isolé
épouvante la conscience, le sang sur le pavé
fait revivre les temps lamentables de l’Histoire.

Les obus qui tombent de partout
à la manière des pluies d’étoiles,
la rage meurtrière des troupes aguerries
répugnent la décence, les envahisseurs exceptés.

Et les larrons, les oligarchies, les zombifiés
et les fidèles de l’empire russe, anti-peuple
s’il en fut ; exceptés les profiteurs du malheur
et autres applaudisseurs d’hôpitaux bombardés.

Nous autres rescapés de la mer des Antilles
eûmes connu l’armada meurtrière conquérante
des forces napoléoniennes, et celles autant féroces
des marines tuant, violant et pillant à leur guise.

Foutez-vous hors de l’Ukraine, dis-je,
vos complaintes trouveraient des ouïes gracieuses
si vous respectiez l’inviolabilité des autres,
leur droit à la souveraineté et à leurs propres folies.

L’élargissement de l’Otan, c’est compris,
mais votre furie apocalyptique déchainée
sur l’Ukraine, les bombardements des crèches
sont de l’ordre des turpitudes de l’horreur.

Les chairs à canon des recrues déployées
à l’insu de leurs parents affolés attristent les Ukrainiens
qui même dans leur propre douleur invitent
leurs mamans à venir réclamer leurs cadavres.

Foutez-vous hors de l’Ukraine, dis-je,
c’est le peu que vous puissiez faire à présent,
l’Histoire vous jugera pour la froideur odieuse
à semer la terreur et causer tant de chagrin.

Cette pomme dépérit par plusieurs vermines ;
il y a la part des victorieux de la Guerre froide
qui n’apprenaient rien de Versailles, il y a aussi
le despote récusé cherchant à changer d’histoire.

Honte à vous, criminels de la guerre !
Honneur au peuple d’Ukraine
qui continue de croire, de rêver et de lutter
pour son droit au vent et à un ciel pur.

—Tontongi 12 mars 2022

(Ce poème est soumis pour publication également à l’hebdomadaire newyorkais Haïti Liberté, au quotidien port-au-princien Le Nouvelliste, aux revues en ligne Potomitan et Tanbou.)

Page d’accueil • Sommaire de ce numéro • Contribution de texte et de courrier: Editeurs@tanbou.com