Aller au sommaire de ce numéro de Tanbou/Tambour, Automne 2002

Page d’accueil  |   Sommaire de ce numéro  |   Contribution de Texte et de Courrier: Editeurs@tanbou.com



28 octobre 2002: 20 ans de célébration de la journée internationale de la langue et de la culture créoles

—Gotson Pierre Port-au-Prince, 28 octobre 2002 [AlterPresse]

C

haque année, depuis 1983, le 28 octobre est une occasion de célébrer la langue et la culture créoles à travers les pays et communautés ayant le Créole en partage, soit plus de 10 millions de personnes à travers le monde.

À l’occasion de la vingtième journée internationale, le Réseau haïtien de Communication et de Culture Créole (REKK) organise à Port-au-Prince une série d’activités culturelles et de promotion du Créole. Le programme, qui se déroule au Petit Séminaire Collège St Martial, a débuté le 23 et doit prendre fin le 28 octobre.

Parmi les activités, il convient de noter plusieurs conférences, avec le linguiste Yves Déjean autour du Créole dans la Caraïbe, le linguiste Pierre Vernet autour de la définition d’une politique linguistique adaptée à Haïti et le professeur de Communication Sociale Ary Regis sur Communication et Mondialisation.

D’autres aspects du programme mis en œuvre par le REKK concernent des témoignages d’artisans de radios communautaires, des rencontres avec des créateurs, des séances d’animation théâtrale et musicale, des expositions de vêtements et mets traditionnels.

À Montréal, au Canada, le Comité d’Initiative pour l’Appui à l’Alphabétisation en Haïti (sigle en Créole KIPKAA), a lancé depuis le premier octobre un ensemble d’activités culturelles de sensibilisation sur le Créole, s’échelonnant sur tout le mois.

Débats, récitals de poésie, expositions d’ouvrages, de peinture et de sculpture, pièces théâtrales, ateliers de formation sur la lecture et l’écriture de la Langue Créole, analyse de contenus des proverbes créoles haïtiens, consommation de mets créoles, figurent au menu.

Plusieurs chercheurs et spécialistes du Créole ont fait le déplacement à Montréal pour apporter leur contribution au programme. L’écrivain et dramaturge haïtien Franckétienne a pris part, dans l’après-midi du 26 octobre, à une conférence-spectacle sur l’importance du théâtre créole en Haïti.

Le professeur Albert Valdman de l’Université Indiana, également vice-président international des Études Créoles et le professeur Yvon Lamour du Centre de Développement du Créole Haïtien et de Cambridge Ringe and Latin School, Boston, États-Unis d’Amérique, étaient également au nombre des invités.

À Cuba, la communauté des descendants d’Haïtiens réunis au sein de l’association «Bannzil Kreyòl», a mis au point une autre édition de son Festival International Créole, qui a pris fin le 14 octobre dernier. L’organisation de ce festival annuel remonte à la fin des années 1990.

La célébration de la journée internationale du Créole, le 28 octobre, doit en partie sa pérennité aux efforts déployés par les autorités seychelloises, qui l’ont marquée par une «Semaine Créole» en 1982. Depuis lors, il ne se passe jamais une année sans qu’elles ne prennent en charge, à l’occasion du 28 octobre, l’organisation d’activités grandioses.

Pour les vingt ans de la journée internationale du Créole, les îles Seychelles, dans l’océan indien, ont mis au point le 17e Festival Créole, inauguré le 26 octobre et devant prendre fin le 31 octobre.

L’espace du Festival Créole aux Seychelles mélange attractions populaires et recherches académiques. Plusieurs colloques et conférences abordent les thèmes de la langue, l’identité et la culture. Des expositions, spectacles et concours mettent en valeur les coutumes, traditions et créations contemporaines.

Des animations officielles sont organisées également à l’île Maurice, dans l’Océan Indien. Elles ont été inaugurées dès le 25 octobre.

L’idée de célébrer une journée internationale du Créole est due au groupe «Bannzil Kreyòl» (à ne pas confondre avec «Bannzil Kreyòl Kiba») qui a pris naissance lors du 3e colloque International des Études Créoles à Sainte-Lucie. Le 28 octobre a été choisi en signe de respect de la date à laquelle l’île de la Dominique célébrait déjà un «Créole Day».

À Ste-Lucie, le mois d’octobre est consacré «mois de l’héritage créole». Le «Folk Research Centre», une institution non gouvernementale fondée en 1973, est le promoteur de cette initiative qui vise à garder vivante dans l’île les traditions et la langue créoles. On en profite aussi pour élire «la reine créole» de Ste-Lucie.

—Gotson Pierre
précédemment publié dans AlterPresse,
Réseau alternatif haïtien d’information du Groupe Médialternatif, numéro du 28 octobre

URL: http://www.medialternatif.org/alterpresse/
E-mail: alterpresse@medialternatif.org

Aller au sommaire de ce numéro de Tanbou/Tambour, Automne 2002

Page d’accueil  |   Sommaire de ce numéro  |   Contribution de Texte et de Courrier: Editeurs@tanbou.com