Tanbou logo

Page d’accueil  |   Sommaire de ce numéro  |   Contribution de texte et Courrier: Redaksyon@tanbou.com



Courrier des lecteurs

Mon cher TontonGuy,

Au mot d’ordre de levée inconditionnelle et immédiate de l’embargo, j’oppose un cri d’alarme, quant à l’alternative de la guerre civile et d’une nouvelle occupation militaire d’Haïti. Je te prie d’en donner publicité, ainsi que du poème inclus, dans le prochain numéro de la revue, pour laquelle je te présente mes compliments, à partager avec Kwitoya et les autres membres de l’équipe. Une belle réalisation couronne enfin vos efforts conjugués.

Patriotiquement,
—Paul Laraque

«Puisse Tambour être le signal de ralliement»

Mon cher Eddy,

Je constate avec beaucoup de plaisir que le projet, dont tu m’as parlé au «Middle-East Café», de mettre sur pied avec d’autres camarades une revue socio-politique et culturelle à Boston est devenue une réalité. Connaissant ta ténacité, je n’en suis pas du tout surpris. Et je t’en félicite.

D’ores et déjà je prends la liberté de dire que ce coup d’essai vaut un coup de maître. La présentation est excellente, la tenue est bonne, les articles sont valables et édifiants. De part cette lancée je pense que la revue va tracer une courbe ascensionnelle.

Je présume, en outre, que Tambour sera un organe, une tribune et/ou un forum où toutes les idées, toutes les opinions mêmes divergentes puissent être débattues avec lucidité, sans émotions, mais surtout en toute «objectivité» dans un respect mutuel.

Puisse Tambour comme le Tam-Tam de l’Alma Mater être le signal de ralliement de tous ceux et de toutes celles qui luttent pour l’avènement d’une ère nouvelle, d’un changement en «profondeur» devant bousculer le status-quo en Haïti.

Patriotiquement Vôtre,
—Frantz Harris

«Bay revi an sipò finansye… pou l kontinye mache»

Lè m t ap li «Tanbou», mwa fevriye an, m te vit remake revi sa pote lespwa pou m wè rèv mwen reyalize. Rèv pou kominote ayisyen nan Boston gen yon «Revi Libète». Travay piblikasyon yon revi pa semp e fasil. Pafwa se plis dekourajman pwodiktè yo jwenn kote yo ta dwe rekòlte bonjan sipò…Men, pa bliye, nou-menm samba pwogresis, nou gen yon misyon pou n akonpli kòm temwen sa k pase jodi a. Nou se sous nòt ak lide, sètadi, referans kredib pou jenerasyon demen an. Epitou, nou-menm ekritè ayisyen konsyan k ap lite pou amelyorasyon lavi, nou gen plis devwa pou n kouche enfòmasyon sou papye, dekwa pou «zòt» pa vin ekri istwa nou nan jan pa l pou li blofe jenerasyon demen an.

Mwen voye yon kout chapo pou tout samba k ap woule bagèt Tanbou, espesyalman pou TontonGuy k ap voye kout plim monte depi lontan nan kominote an pou l retire lasi nan je lòt moun.

Youn nan pwen ke m vle touche, se pwoblèm «kenbe dosye literè nan kominote an». Kòm «dizyèm depatman», nou pa eskli nan literati manman peyi a (Ayiti). Donk, m ap mande: kijan Tanbou ta kapab fè libreri isit yo jwenn kopi revi mansyèl sa, de mannyè ke sa ta ka ede moun k ap fouye konnen sou sa ki gen rapò ak Ayiti: tèlke sa k pibliye sou kriz politik peyi an ap travèse jounen jodi a, literati, etsetera…?

Anpil fwa, gen bèl atik, bèl kritik ki ekri, poutan apre, li vin difisil pou moun jwenn yo lè y ap fè rechèch. Lòt bagay ke m ta sijere: se ta yon gwoup moun ki ta pran abònman revi an. Sa tap bay revi an non sèlman yon sipò finansye, men tou jarèt pou l kontinye mache.

Mwen voye yon kout chapo pou tout samba k ap woule bagèt Tanbou sa. Pa kite bagèt yo tonbe!

—Emmanuel Védrine

Lettre des rédacteurs

Que nos lecteurs et lectrices nous pardonnent du long retard mis pour publier cette présente édition de la revue Tanbou / Tambour. La raison principale de ce délai fut que nos ressources humaines et matérielles ne nous permettaient pas de répondre aux exigences inhérentes à une publication mensuelle. De plus, l’accélération et le constant développement des événements ont été si étourdissants qu’il nous a fallu du temps pour à la fois réfléchir et conceptualiser une réponse systématique qui les appréhende dans toute leur complexité.

Nous sommes aujourd’hui très contents que ce retard n’ait pas été en vain. La présente édition du journal couvre en effet l’essentiel des événements qui colorent la crise haïtienne, depuis au moins mars 1994 jusqu’à la récente résolution pro-interventionniste de l’ONU. Aussi, compte tenu de nos moyens et de la qualité intellectuelle du genre journalistique que nous avons adopté, nous avons décidé de publier désormais le journal en édition trimestrielle, soit quatre fois par an, et avec la même ambition intellectuelle: celle d’une revue politique, culturelle et littéraire à l’avant-garde de la connaissance sur la problématique sociale et historique du tiers-monde, y compris, plus particulièrement, la réflexion sur la crise politique haïtienne et ses possibilités d’une juste résolution.

Il va sans dire que nous faisons encore appel à tous les compatriotes révolutionnaires, progressistes ou démocrates, et à tous nos amis étrangers, pour venir consolider la grande entreprise de démystification intellectuelle, de désaliénation existentielle et de dézombification politique que poursuit le Journal.

Finalement, la revue encourage toute contribution, intellectuelle, financière et matérielle que lui envoient ses sympathisants. Les souscriptions régulières sont dûment attendues, mais nous sollicitons plus particulièrement des contributions de support pour couvrir les frais généraux de la publication. Naturellement, sans l’apport intellectuel et moral des artistes, des écrivains, des poètes, des étudiants ou des militants engagés, le Journal ne tiendra pas la barre. Un journal militant de grande envergure intellectuelle est une entreprise colossale qui exige l’active participation collective des concernés.

—Tanbou / Tambour Boston, août 1994

Tanbou logo

Page d’accueil  |   Sommaire de ce numéro  | Écrivez-nous à: Redaksyon@tanbou.com